Le digital apporte une soudaine rupture technologique comme jamais nous ne l’avons eu.

Comme le précise très bien Claire Vyvyan, (Senior Vice President, UK&I Commercial) & Dayne Turbitt, (Senior Vice President, UK&I Enterprise at Dell EMC) dans le Digital Magazines consacré au digital et à la Data économie.

Le monde est transformé par les nouvelles technologies

Le monde est en train d’être transformé par les nouvelles technologies, qui redéfinissent les attentes des clients, permettent aux entreprises de répondre à ces nouvelles attentes et modifient la façon dont les gens vivent et travaillent. Cette transformation a un immense potentiel pour changer des vies, créer de la valeur pour les entreprises et débloquer des bénéfices sociétaux plus larges.

Dans un monde axé sur les données, nous assistons à une variété de perturbateurs dans tous les secteurs industriels qui ne suivent pas les voies traditionnelles d’entrée – tant des entreprises en démarrage que des entreprises établies qui cherchent à pénétrer dans un nouveau territoire.

Quelle conséquence sur les organisations ?

On peut s’interroger sur les organisations plus particulièrement en France. Tous les secteurs d’activité sont touchés par cette disruption. Le monde est aujourd’hui dominé par les données et les secteurs traditionnels sont touchés par l’arrivée de nouveaux entrants qui réinventent pour certains des business model et concurrencent fortement les « vieux » modèles. Apportant une grande valeur ajoutée et orientée « besoin du consommateur » , toutes les entreprises quelque soit leurs tailles sont touchés par un phénomène structurel.

Que se passe-t-il sur les marchés ?

Selon le World Economic Forum, l’enjeu au cours de la prochaine décennie pour les entreprises est de  répondre à ces besoins changeants des clients. Alors que cela laisse présager l’opportunité mondiale,  si les entreprises sont en mesure d’établir un cadre dans lequel la numérisation a un impact sur l’ensemble de l’industrie et de la société.

Par conséquent, des fonds ont investis dans des entreprises qui visent à résoudre les problèmes des clients pour lesquelles les entreprises dites « traditionnelles » ne s’y intéressent pas. Au lieu de réagir immédiatement, l’immobilisme domine, quand il s’agit de perturber les modèles commerciaux qui ont si bien servi les entreprises. Mais les temps changent; c’est une question de temps,  quelle sera la  prochaine industrie « Uberisée » ?

Un certain nombre de capital-risqueurs, de hedges funds et d’investisseurs institutionnels sont prêts à faire des paris substantiels. En 2016, les investissements dans les entreprises technologiques londoniennes sont passés de 1,36 milliard de livres sterling en 2015 à 1,43 milliard de livres sterling. La course est lancée.

IA, Internet des objets et Robotique, une priorité pour les entreprises

Toutes les entreprises doivent se préoccuper des opportunités des technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle, l’Internet des objets et la robotique. Dans le même temps, luttant contre les problèmes macroéconomiques au-delà de leur contrôle et la réglementation RGPD à venir.

Cet environnement aura sans aucun doute des victimes, mais qui est le plus à risque? En plus des nouvelles entreprises numériquement qui viennent prendre des parts de marché, il y a aussi les grandes entreprises qui commencent à changer de mentalité et à se tourner vers les marchés horizontaux adjacents. Voir Google avec Nest, Amazon avec l’épicerie, et Uber dans la livraison de nourriture.

Que nous disent les résultats de la recherche ?

On rencontre encore beaucoup trop d’entreprises qui croient que le numérique signifie encore mettre un «i» ou un «e» devant leurs services. Ils ne développent pas de stratégie pour capitaliser sur la pratique désormais bien établie consistant à exploiter la façon dont l’analyse de données, combinée à une informatique incroyablement puissante et à de vastes ensembles de données, ouvre un nouveau monde d’opportunités pour l’innovation opérationnelle et de service.

Comme le souligne la nouvelle étude menée par Vanson Bourne, la moitié des décideurs ne considérant pas les start-up comme un défi prioritaire, et près d’un sur dix estimant ne pas avoir de challenger du tout.

Bien sûr, il existe un certain nombre de voies pour s’attaquer à l’innovation numérique. Seuls quelques-uns impliquent la fonction informatique elle-même – acquisition, partenariat, gestion d’incubateurs, ou même d’autres fonctions comme le marketing et le développement de produits qui prennent en charge un programme d’innovation.

En dépit du fait que la technologie est le canal prioritaire, il y a un sentiment écrasant que l’innovation basée sur la technologie devrait provenir du département CIO et IT.

C’est aussi une énorme opportunité pour les DSI d’être responsables de l’innovation numérique. Si le rôle de la TI consiste à apporter des changements graduels aux TI au sein de l’entreprise – gains de rendement, de productivité et de prestation de services – alors c’est bien, pourvu que le lien soit fait avec la direction numérique ou un spécialiste du marketing ou des produits ou de l’innovation.

L’opportunité pour le DSI pourrait être de s’assurer qu’ils ont un rôle où l’efficience met l’accent à la fois sur la prestation de services informatiques et sur l’innovation; aider les entreprises en place à gérer les disrupteurs sur le marché. Les TI seront aux commandes, et c’est dans ces organisations que vous verrez les TI diriger l’investissement stratégique dans l’innovation numérique.

Pour conclure

Les entreprises qui saisissent l’opportunité de se transformer et de s’approprier les disruptions qui les entourent seront celles qui réussiront.